Pour le Vendredi saint

Image

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Oint, Fils de Dieu.

Comme il a été écrit dans les prophètes : Voici que moi, j’enverrai mon ange devant ton visage : il préparera ta route devant toi.

La voix de celui qui crie dans le désert : Préparez la route d’un Seigneur, rendez droits ses chemins !

Il y eut Jean l’Immergeur dans le désert et il prêchait l’immersion de la repentance pour que les fautes soient remises.

Tout le pays de Judée vint le voir, et les Hiérosolymites; tous étaient immergés par lui dans le fleuve Jourdain, en confessant leurs fautes.

Jean était vêtu de poils de chameau et d’une ceinture en peau autour de la taille; il mangeait des sauterelles et du miel sauvage.

Il prêchait, en disant : Celui qui est plus fort que moi vient derrière moi; je ne suis pas suffisant, en me baissant, pour délier le lacet de ses chaussures.

Moi, je vous immerge dans de l’eau; lui, il vous immergera dans l’Esprit saint.

Il arriva pendant ces jours-là que Jésus vint de Nazareth, en Galilée, et fut immergé par Jean dans le Jourdain.

Dès qu’il sortit de l’eau, il vit les cieux se fendre et l’Esprit, comme une colombe, descendre sur lui.

Il y eut une voix venant des cieux : Tu es mon Fils bien-aimé, à qui je donne mon approbation.

Et aussitôt l’Esprit le chassa dans le désert.

Là, dans le désert, il fut mis à l’épreuve quarante jours par Satan; il était avec les bêtes sauvages et les anges le servaient.

Après que Jean eut été livré, Jésus alla en Galilée, prêchant la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu.

Il disait : Le temps prévu a été accompli et le Royaume de Dieu est proche : repentez-vous et croyez en la Bonne Nouvelle !

Marchant le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, le frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs.

Jésus leur dit : Venez derrière moi et je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes !

Et aussitôt ils laissèrent leurs filets et le suivirent.

Un petit peu plus loin, il vit Jacob, fils de Zébédée, et son frère Jean, eux aussi dans leur bateau, en train de réparer les filets.

Et aussitôt il les appela; ils laissèrent leur père Zébédée dans le bateau avec les salariés et partirent derrière lui.

Ils entrèrent dans Capharnaüm et, dès le sabbat, Jésus alla à la synagogue et enseigna.

Ils étaient frappés par son enseignement, car il les enseignait comme ayant autorité, et pas comme les scribes.

Il y avait dans leur synagogue un homme dans un esprit impur, qui hurlait.

Il disait : Hé, qu’est-ce qui est à nous et à toi, Jésus de Nazareth ? Est-ce que tu es venu nous perdre ? Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

Jésus lui adressa des reproches et dit : Sois muselé et sors de lui !

L’esprit impur le déchira et hurla d’une voix forte : Je suis sorti de lui.

Tous furent stupéfaits, au point de se demander : Qu’est-ce que c’est ?  Quel est ce nouvel enseignement ? Car, d’autorité, il donne des ordres même aux esprits impurs et ils lui prêtent l’oreille.

Sa réputation gagna aussitôt tout le pays autour de la Galilée.

Dès qu’il sortit de la synagogue, il alla chez Simon et d’André, avec Jacob et Jean.

La belle-mère de Simon était allongée, fiévreuse, et aussitôt ils lui parlent d’elle.

Il alla la voir et la fit lever en s’emparant de sa main; la fièvre la laissa aussitôt et elle les servit.

Le soir venu, quand le soleil fut couché, on lui amena tous ceux qui allaient mal et les gens possédés par le démon.

Toute la ville s’était rassemblée à la porte.

Il soigna beaucoup de gens qui allaient mal à cause de toutes sortes de maladies et chassa beaucoup de démons; il ne permettait pas aux démons de parler, car il les connaissait.

Le matin, alors qu’il faisait très noir, il se leva et sortit; il partit dans un endroit désert, où il pria.

Simon et ses compagnons partirent à ses trousses.

L’ayant trouvé, ils lui disent : Tout le monde te cherche.

Il leur dit : Allons dans les bourgades voisines, afin que j’y prêche; car c’est pour cela que je suis sorti.

Il prêchait dans leurs synagogues, dans toute la Galilée, et chassait les démons.

Un lépreux vient le voir, faisant appel à lui, s’agenouillant devant lui et lui disant : Si tu veux, tu peux me purifier.

Jésus fut pris aux tripes, tendit la main, le toucha et lui dit : Je veux : sois purifié !

Dès que Jésus eut parlé, la lèpre partit du lépreux et il fut purifié.

Il lui fit de violents reproches et le chassa sur-le-champ.

Il lui dit : Veille à ne rien dire à personne; mais va te montrer au prêtre et apporte pour ta purification ce que Moïse a ordonné, en témoignage pour eux !

Mais il sortit et il commença à prêcher beaucoup et à répandre la parole, à tel point qu’il ne pouvait plus entrer au grand jour dans une ville : il était à l’extérieur dans des endroits déserts et on venait le voir de tous côtés.

 

(Évangile d’après saint Marc 1, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pour le Vendredi saint

  1. Paul-Emic dit :

    c’est une quenelle ou un salut nazi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s