Ma traduction de l’Évangile (21)

Image

Quand il arriva que Jésus eut fini toutes ces paroles, il dit à ses disciples : Vous savez que dans deux jours il y a la Pâque et que le Fils de l’homme est livré pour être mis en croix.

Alors les archiprêtres, les scribes et les anciens du peuple s’assemblèrent dans la cour de l’archiprêtre appelé Caïphe et tinrent conseil afin de s’emparer de Jésus par ruse et de le tuer.

Ils disaient : Pas pendant la fête, afin qu’il n’y ait pas de désordre dans le peuple.

Comme Jésus était à Béthanie dans la maison du lépreux Simon, une femme vint le voir avec un vase de myrrhe précieuse qu’elle déversa sur sa tête pendant qu’il était à table.

Voyant cela, ses disciples furent indignés et dirent : Pourquoi cette perte ?

Car cette myrrhe pouvait être vendue très cher et donnée aux pauvres.

Sachant cela, Jésus leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne action envers moi.

Car vous avez toujours les pauvres avec vous, mais moi, vous ne m’avez pas toujours.

En jetant cette myrrhe sur mon corps, elle a agi pour ma mise au tombeau.

En vérité je vous dis : Où que cette Bonne Nouvelle soit prêchée, dans le monde entier, on parlera aussi de ce que cette femme a fait, en souvenir d’elle.

Alors l’un des Douze, appelé Judas Iscariote, partit voir les archiprêtres et dit : Que voulez-vous me donner ? Et moi je vous le livrerai ! Ils se mirent d’accord avec lui pour trente pièces d’argent.

Désormais il cherchait une bonne occasion afin de le livrer.

Au premier jour des pains sans levain, les disciples allèrent voir Jésus et lui dirent : Où veux-tu que nous te préparions à manger pour la Pâque ?

Il leur dit : Allez à la Ville chez un tel et dites-lui : La maître dit : C’est chez toi que je ferai ma Pâque avec mes disciples.

Les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné et préparèrent la Pâque.

Le soir venu, il était à table avec les Douze.

Pendant qu’ils mangeaient, il dit : En vérité je vous dis que l’un d’entre vous me livrera.

Ayant beaucoup de chagrin, chacun d’eux commença à lui dire : Ce serait moi, Seigneur ?

Il répondit : Celui qui a plongé la main avec moi dans l’assiette, celui-là me livrera.

Le Fils de l’homme s’en va, comme il a été écrit à son sujet : Malheur à cet homme, à cause de qui le Fils de l’homme est livré; il aurait mieux valu pour cet homme de ne pas être né.

Judas, qui le livrait, répondit : Ce serait moi, docteur ? Il lui dit : C’est toi qui l’as dit.

Pendant qu’ils mangeait, Jésus prit le pain, rendit grâce, rompit le pain, le donna aux disciples et dit : Prenez, mangez : c’est mon corps.

Et il prit le verre, rendit grâce et le leur donna, en disant : Buvez-en tous, car c’est mon sang, celui de la Nouvelle Alliance, qui est déversé en faveur de beaucoup pour remettre les fautes.

Je vous dis qu’il n’est pas possible à partir d’aujourd’hui que je boive de cette progéniture de la vigne, jusqu’à ce jour où je la boirai avec vous nouvelle dans le Royaume de mon Père.

Ils chantèrent des hymnes et sortirent sur la montagne des Oliviers.

Alors Jésus leur dit : Vous tous, vous trébucherez à cause de moi cette nuit, car il a été   écrit : Je frapperai le berger et les moutons du berger se disperseront.

Après que je me serai levé, je vous précéderai en Galilée.

Pierre lui répondit : Si tous trébuchent à cause de toi, moi je ne trébucherai jamais.

Jésus lui dit : En vérité je te dis que cette nuit, avant le chant d’un coq, tu me renieras trois fois.

Pierre lui dit : Même s’il faut que je meure avec toi, il n’est pas possible que je te renie. Et tous les disciples tenaient des propos semblables.

Alors Jésus va avec eux au lieu appelé Gethsémané et dit aux disciples : Asseyez-vous ici, le temps que j’aille prier là-bas.

Il emmena Pierre et les deux fils de Zébédée et commença à avoir du chagrin et du tourment.

Alors Jésus leur dit : Ma vie est pleine de chagrin jusqu’à la mort; restez ici et veillez avec moi !

Un peu plus loin, il tomba sur son visage, en priant et disant : Mon Père, si cela est possible, que ce verre s’éloigne de moi; pas comme je veux, mais comme tu veux.

Il va vers les disciples, les trouve endormis et dit à Pierre : Ainsi vous n’avez pas eu la force de veiller une seule heure avec moi ?

Veillez et priez, afin de ne pas être mis à l’épreuve; l’esprit est de bonne volonté, mais la chair est faible.

Une deuxième fois, il partit encore prier en disant : Mon Père, s’il n’est pas possible que ce verre s’éloigne de moi sans que je le boive, qu’il arrive ta volonté.

Il va et les trouve encore endormis, car leurs yeux s’étaient alourdis.

Les laissant, il partit encore prier, une troisième fois, en disant la même parole.

Alors il va voir ses disciples et leur dit : Vous dormez maintenant et vous vous reposez; voici que l’heure est proche et le Fils de l’homme est livré à des mains de fautifs.

Levez-vous, allons-y ! Voici que s’approche celui qui me livre.

Et pendant qu’il parlait encore, voici que vint Judas l’un des Douze, avec une foule nombreuse armée de couteaux et de bâtons, envoyée par les archiprêtres et les anciens du peuple.

Celui qui le livrait leur donna un signe en disant : Celui que j’aimerai, c’est lui : emparez-vous de lui !

Aussitôt il alla voir Jésus et lui dit : Salut, docteur ! Et il lui donna un baiser.

Jésus lui dit : Camarade, pourquoi es-tu là ? Alors ils s’approchèrent, jetèrent leurs mains sur Jésus et s’emparèrent de lui.

Et voici que l’un de ceux qui étaient avec Jésus tendit la main, tira son couteau et frappa l’esclave de l’archiprêtre, lui enlevant l’oreille.

Alors Jésus lui dit : Ramène ton couteau à sa place, car tous ceux qui prendront un couteau mourront par un couteau.

Penses-tu que je ne puisse pas à l’instant faire appel à mon Père et qu’il ne mettra pas à ma disposition plus de douze légions d’anges ?

Comment donc s’accompliraient les Écritures, puisqu’il doit en être ainsi ?

En cette heure, Jésus dit à la foule : Vous êtes sortis comme pour un voleur m’arrêter avec des couteaux et des bâtons. Chaque jour j’étais assis près de vous à enseigner dans le Temple et vous ne vous êtes pas emparés de moi.

Tout cela est arrivé afin que s’accomplissent les Écritures des prophètes. Alors tous ses disciples le laissèrent et s’enfuirent.

Ceux qui s’étaient emparés de Jésus l’emmenèrent auprès de l’archiprêtre Caïphe, chez qui les scribes et les anciens s’étaient rassemblés.

Pierre le suivait de loin, jusqu’à la cour de l’archiprêtre; il y entra et s’assit avec les valets, pour voir la fin.

Les archiprêtres, les anciens et tout le Sanhédrin cherchaient un faux témoignage contre Jésus, afin de le mettre à mort.

Et ils ne trouvèrent pas; même si de nombreux faux témoins venaient les voir, ils ne trouvèrent pas.

Ensuite deux faux témoins vinrent leur dire : Cet homme a dit : Je peux détruire le Temple de Dieu et en trois jours le bâtir.

L’archiprêtre se leva et lui dit : Tu ne réponds rien ? Pourquoi ces hommes témoignent-ils contre toi ?

Jésus se tut. L’archiprêtre lui dit : Je t’adjure au nom du Dieu vivant de nous dire si tu es l’Oint, le Fils de Dieu.

Jésus lui dit : C’est toi qui l’as dit. Sinon, je vous dis : désormais vous verrez le Fils de l’homme assis à droite des puissances et allant sur les nuages du ciel.

Alors l’archiprêtre déchira ses vêtements, en disant : Tu as blasphémé; qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voilà, maintenant vous avez entendu son blasphème !

Qu’en pensez-vous ? Ils répondirent : Il est livré à la mort.

Alors ils lui crachèrent au visage et le giflèrent; ils le frappèrent en disant : Prophétise pour nous, Oint : qui est-ce qui s’est moqué de toi ?

Pierre était assis dehors dans la cour; une petite servante vint le voir et dit : Toi aussi tu étais avec Jésus le Galiléen.

Il renia devant eux tous en disant : Je ne sais ce que tu dis.

Pendant qu’il allait vers la porte pour sortir, une autre le vit et dit à ceux qui étaient là : Celui-là aussi était avec Jésus le Nazoréen.

Et encore il renia avec serment : Je ne connais pas cet homme.

Peu après, ceux qui étaient debout vinrent voir Pierre et lui dire : Véritablement toi aussi tu étais avec eux; ta façon de parler le montre.

Alors il commença à anathématiser et à jurer : Je ne connais pas cet homme ! Et aussitôt un coq chanta.

Pierre se souvint de la parole de Jésus qui lui disait : Avant le chant d’un coq, tu me renieras trois fois. Il alla dehors et pleura amèrement.

 

(Évangile d’après saint Matthieu 26, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Ma traduction de l’Évangile (21)

  1. Paul-Emic dit :

    je suis un iconoclaste sans doute, mais je n’ai jamais très bien compris (même pas du tout) cette expression « Fils de l’homme » pour quelqu’un qu’on dit être le Fils de Dieu.
    L’homme serait il Dieu ?

  2. Oui dans l’Ancien Testament il est question d’un « mashiah », c’est le mot hébreu pour « oint » et qu’on calque par le français « messie ».
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Messie

    • Paul-Emic dit :

      Merci
      Vous traduisez à partir de de la version grecque ?

      • Oui. Le texte original de l’Évangile est en grec. De toute façon je ne connais pas un mot d’hébreu.

      • Paul-Emic dit :

        a-t-il seulement été écrit en hébreu dans un monde qui parlait surtout le grec et l’araméen ?

      • Y a peut-être eu des versions araméennes ou hébraïques au départ mais en vrai on n’en sait rien. Les Évangiles ont peut-être été en grec directement car le grec était l’anglais de l’époque dans cette région. Tout le Proche-Orient et l’Égypte faisaient partie de l’empire d’Alexandre et ont eu des rois grecs pendant plusieurs siècles.

      • Paul-Emic dit :

        tout à fait, même plus à l’ouest, le grec était utilisé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s