Ma traduction de l’Evangile (16)

Image

En s’approchant de Jérusalem, quand il arrivèrent à Bethphagé, au pied de la montagne des Oliviers, alors Jésus envoya deux disciples, en leur disant : Allez dans le village qui est devant vous et aussitôt vous trouverez un ânesse attachée et un ânon avec elle; déliez-les et amenez-les-moi.

Et si quelqu’un dit quelque chose, vous direz que leur Seigneur en a besoin; et aussitôt ils les enverront.

Tout cela eut lieu pour que s’accomplisse la parole du prophète, lorsqu’il dit : Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi te vient, doux et monté sur une ânesse et un ânon, fils d’une bête sous le joug.

Les disciples partirent et firent comme Jésus leur avait ordonné : ils amenèrent l’ânesse et l’ânon, posèrent sur eux leurs manteaux et le firent asseoir dessus.

La plupart des gens étendirent leur manteaux sur la route; d’autres coupaient des rameaux des arbres et les étendaient sur la route.

La foule qui le précédait et le suivait hurlait : Sauve-nous, fils de David ! Béni celui qui vient au nom du Seigneur ! Sauve-nous au plus haut des cieux !

Lorsqu’il entra dans Jérusalem, toute la ville fut ébranlée et dit : Qui est cet homme ?

La foule disait : Cet homme est le prophète Jésus, qui vient de Nazareth en Galilée.

Jésus entra dans le Temple de Dieu, il chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le Temple et renversa les tables des changeurs et les sièges des vendeurs de colombes.

Et il leur dit : Il a été écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

Des boiteux et des aveugles allèrent le voir dans le Temple et il les soigna.

Les archiprêtres et les scribes furent étonnés en voyant les choses admirables qu’il avait faites et les enfants qui hurlaient : Sauve-nous, fils de David !

Ils lui dirent : Entends-tu ce que ces gens disent ? Jésus leur dit : Oui; n’avez-vous pas lu : Tu t’es préparé un éloge de la bouche de petits enfants et de bébés à la mamelle ?

Il les abandonna et quitta la Ville pour Béthanie, où il bivouaqua.

En retournant le matin à la Ville, il eut faim.

Il vit un figuier sur la route, alla vers lui et n’y trouva rien d’autre que des feuilles; il lui    dit : Que plus jamais fruit ne naisse de toi, pour l’éternité ! Et le figuier fut desséché sur-le-champ.

En voyant cela, les disciples furent étonnés et dirent : Comment le figuier a-t-il été desséché sur-le-champ ?

Jésus leur répondit : En vérité je vous dis : si vous aviez la croyance et ne doutiez pas, non seulement vous feriez la chose du figuier, mais même vous diriez à cette montagne : Soulève-toi et jette-toi dans la mer : cela aurait lieu.

Et tout ce que vous demanderez dans la prière, si vous croyez, vous l’obtiendrez.

Il alla au Temple et les archiprêtres et les scribes vinrent le voir pendant qu’il enseignait et dirent : Par quelle autorité fais-tu ces choses ? Et qui t’a donné cette autorité ?

Jésus leur répondit : Je vous demanderai moi aussi une seule parole : si vous me la dites, moi aussi je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses.

L’immersion de Jean, d’où vient-elle ? Du ciel ou des hommes ? Ils raisonnaient entre eux, en disant : Si nous disons : Du ciel ! il dira : Pourquoi donc n’avez-vous pas cru en lui ?

Mais si nous disons : Des hommes ! nous avons à craindre la foule, car tous le considèrent comme un prophète.

Ils répondirent à Jésus : Nous ne savons pas. Il leur dit lui aussi : Moi non plus je ne vous dis pas par quelle autorité je fais ces choses.

Que vous semble-t-il ? Un homme avait deux enfants; il alla voir le premier et dit : Mon enfant, va travailler aujourd’hui dans ma vigne.

Il répondit : Je ne veux pas. Ensuite il regretta et partit travailler.

L’homme alla voir le second et dit de même. L’enfant répondit : Oui, seigneur. Et il ne partit pas.

Qui des deux a fait la volonté du père ? Ils lui disent : Le premier. Jésus leur dit : En vérité je vous dis que les percepteurs d’impôts et les prostituées vous précéderont dans le Royaume de Dieu.

Car Jean est venu à vous dans une route de justice et vous n’avez pas cru en lui; mais les percepteurs d’impôts et les prostituées ont cru en lui; et vous, voyant cela, vous n’avez pas regretté, pour croire ensuite en lui.

Écoutez une autre parabole ! Il y avait un maître de maison qui planta une vigne; il l’entoura d’une clôture, y creusa un puits, bâtit une tour, la confia à des paysans et partit en voyage.

Quand approcha le temps prévu pour les vendanges, il envoya ses esclaves auprès des paysans pour recevoir ses fruits.

Et les paysans reçurent ses esclaves : ils écorchèrent l’un, tuèrent l’autre et lapidèrent le dernier.

Il envoya encore d’autres esclaves, plus nombreux que les premiers; les paysans agirent avec eux de la même façon.

Ensuite il envoya auprès d’eux son fils, en se disant : Ils respecteront mon fils.

Les paysans, voyant le fils, dirent entre eux : Celui-là, c’est l’héritier : venez, tuons-le et emparons-nous de son héritage !

Ils le reçurent, le chassèrent de la vigne et le tuèrent.

Alors, quand viendra le seigneur de la vigne, que fera-t-il à ces paysans ?

Ils lui disent : Ces méchants, il les fera mourir méchamment et il confiera sa vigne à d’autres paysans, qui lui livreront ses fruits dans les temps prévus.

Jésus leur dit : N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejeté les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la principale de l’angle; c’est par le Seigneur que cela est arrivé et c’est étonnant à nos yeux ?

C’est pourquoi je vous dis que le Royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui produira ses fruits.

Celui qui tombera sur cette pierre sera brisé et celui sur qui elle tombera, elle le vannera.

En entendant cela, les archiprêtres et les pharisiens comprirent que sa parabole parlait d’eux.

Ils cherchaient à s’emparer de lui mais eurent peur de la foule, car elle le considérait comme un prophète.

 

(Évangile d’après saint Matthieu 21, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s