Pour le mercredi des Cendres

Image

Jésus fit venir ses douze disciples et leur donna autorité pour chasser des esprits impurs et soigner toute maladie et toute infirmité.

Voici les noms des douze envoyés : en premier, Simon, dit Pierre, et son frère André; Jacob, fils de Zébédée, et son frère Jean; Philippe et Bartholomée; Thomas et le percepteur d’impôts Matthieu; Jacob, fils d’Alphée, et Lébbée, surnommé Thaddée; Simon le Cananite et Judas Iscariote, celui-là même qui livra Jésus.

Jésus envoya ces douze, après leur avoir recommandé : Ne partez pas sur la route de nations et n’entrez pas dans une ville de Samaritains; allez plutôt aux moutons perdus de la maison d’Israël !

Allez prêcher en disant que le Royaume des cieux est proche !

Soignez les faibles, purifiez les lépreux, chasser les démons; vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement !

N’ayez ni or, ni argent, ni cuivre dans vos ceintures, ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni chaussures, ni bâtons, car l’ouvrier mérite sa nourriture.

Dans quelque ville ou village où vous entriez, recherchez qui y est méritant : restez chez lui jusqu’à votre départ !

Quand vous entrez dans la maison, saluez-la !

Et si la maison le mérite, que votre paix vienne sur elle; mais si elle ne le mérite pas, que votre paix retourne à vous !

Et si l’on ne vous reçoit pas ou que l’on n’écoute pas vos paroles, quittez cette maison ou cette ville et secouez la poussière de vos pieds !

En vérité je vous dis : le sort réservé au pays de Sodome et Gomorrhe sera plus supportable au jour du jugement que celui de cette ville-là.

Voici que je vous envoie comme des moutons au milieu de loups; soyez donc prudents comme des serpents et purs comme des colombes !

Gardez-vous des hommes, car ils vous livreront aux tribunaux et vous fouetteront dans leurs synagogues.

Et vous serez conduits à des chefs et à des rois à cause de moi, en témoignage pour eux et pour les nations.

Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de la manière de parler, car ce que vous direz vous sera donné à l’heure même.

Car ce ne sera pas vous qui parlerez, mais l’Esprit de votre Père qui parlera en vous.

Le frère livrera son frère à la mort et le père son enfant; les enfants se soulèveront contre leurs parents et les tueront.

Et vous serez haïs de tous à cause de mon nom; mais celui qui tiendra bon jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé.

Quand on vous poursuivra dans cette ville-ci, fuyez dans celle-là; car en vérité je vous dis : il n’est pas possible que vous en ayez fini avec les villes d’Israël jusqu’à la venue du Fils de l’homme.

Le disciple n’est pas au-dessus du maître et l’esclave pas au-dessus de son seigneur.

Il suffit au disciple d’être comme son maître et à l’esclave comme son seigneur. Si le maître de maison était appelé Béelzébul, combien davantage les employés de sa maison ?

Ne les craignez donc pas, car il n’est rien de voilé qui ne sera dévoilé et de caché qui ne sera connu.

Ce que je vous dis dans l’obscurité, dites-le dans la lumière; ce que je vous dis à l’oreille, prêchez-le sur les toits.

Ne craignez pas celui qui tue le corps mais ne peut tuer la vie; craignez plutôt celui qui peut perdre la vie et le corps dans la Géhenne !

Deux moineaux ne sont-ils pas vendus un as ? Et pas un d’eux ne tombe sur terre sans l’intervention de votre Père.

Et même tous les cheveux de votre tête sont comptés.

N’ayez donc pas peur : vous valez plus que beaucoup de moineaux.

Car quiconque m’avouera devant les hommes, moi aussi je l’avouerai devant mon Père dans les cieux.

Et quiconque me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père dans les cieux.

Ne pensez pas que je sois venu jeter la paix sur la terre : je ne suis pas venu jeter la paix, mais le couteau.

Car je suis venu séparer l’homme de son père, la femme de sa mère et la belle-fille de sa belle-mère.

L’homme aura pour ennemis les employés de sa maison.

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi ne me mérite pas; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi ne me mérite pas.

Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas ne me mérite pas.

Celui qui cherche sa vie la perdra; celui qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera.

Celui qui vous reçoit me reçoit; celui qui me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé.

Celui qui reçoit un prophète au nom du fait qu’il est prophète recevra un salaire de prophète; celui qui reçoit un juste au nom du fait qu’il est juste recevra un salaire de juste.

Et quiconque fait boire seulement un verre d’eau fraîche à l’un de ces petits au nom du fait qu’il est disciple, en vérité je vous dis : il n’est pas possible qu’il perde son salaire.

 

(Évangile d’après saint Matthieu 10, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pour le mercredi des Cendres

  1. Paul-Emic dit :

    en fait « de son vivant » il n’était pas favorable à l’évangélisation des nations si je comprends bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s