Le sermon sur la montagne (2)

Image

Gardez-vous de pratiquer votre compassion devant les hommes, pour être vus d’eux; autrement, vous n’avez pas de salaire auprès de votre Père dans les cieux.

Donc quand tu pratiques la compassion, ne sonne pas du clairon devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes; en vérité je vous dis : ils reçoivent leur salaire.

Quand tu pratiques la compassion, que ta main droite ne sache pas ce que fait la gauche, afin que ta compassion demeure dans le secret; et ton Père qui voit dans le secret te le rendra lui-même aux yeux de tous.

Et quand tu pries, ne sois pas comme les hypocrites, qui aiment se tenir debout dans les synagogues et aux coins des places pour prier, afin que ce soit aux yeux des hommes; en vérité je vous dis qu’ils reçoivent leur salaire.

Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte à clef et prie ton Père qui est dans le secret; et ton Père qui voit dans le secret te le rendra à la vue de tous.

Lorsque vous priez, ne radotez pas comme les gentils; car ils croient être exaucés par la quantité de leurs paroles.

Ne leur ressemblez donc pas; car votre Père sait ce dont vous avez besoin, avant que vous ne lui demandiez.

Vous, priez donc ainsi : Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié.

Que ton Royaume vienne. Qu’il arrive ta volonté, aussi bien sur la terre qu’au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain suressentiel.

Et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs.

Et ne nous mets pas à l’épreuve, mais préserve-nous du Méchant. Car c’est à toi qu’appartiennent le Royaume, la puissance et la gloire, pour l’éternité. En vérité.

Car si vous remettez aux hommes leurs écarts, votre Père céleste vous remettra aussi les vôtres.

Mais si vous ne remettez pas aux hommes leurs écarts, votre Père ne remettra pas non plus vos écarts.

Quand vous jeûnez, ne soyez pas comme les hypocrites à l’air sombre, car ils se cachent le visage pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent; en vérité je vous dis  qu’ils reçoivent leur salaire.

Mais toi, lorsque tu jeûnes, frotte-toi la tête d’huile et lave-toi le visage, pour ne pas montrer que tu jeûnes aux hommes, mais à ton Père qui est dans le secret; et ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Ne vous amassez pas de trésors sur la terre, où le ver et la rouille corrompent, et où les voleurs percent et volent; mais amassez-vous des trésors au ciel, où ni le ver ni la rouille ne corrompent, et où les voleurs ne percent ni ne volent.

Car là où est votre trésor, là sera votre cœur.

La chandelle du corps, c’est l’œil : si ton œil est intègre, ton corps entier sera dans la lumière; mais si ton œil est corrompu, ton corps entier sera dans l’obscurité. Si donc la lumière en toi est obscurité, combien profonde est l’obscurité ?

Nul ne peut être au service de deux maîtres : soit il haïra le premier et aimera le second; soit il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez être au service de Dieu et de Mamon.

C’est pourquoi je vous dis : ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez et de ce que vous boirez, ni pour votre corps de ce dont vous le vêtirez.  La vie n’est-elle pas davantage que la nourriture et le corps que le vêtement ?

Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment , ni ne moissonnent, ni n’amassent dans des réserves et votre Père céleste les nourrit; ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

Qui d’entre vous peut par ses inquiétudes ajouter une seule coudée à sa vie ?

Et que vous inquiétez-vous au sujet du vêtement ? Observez comment les lis d’un champ grandissent : ils ne sèment ni ne filent; je vous dis que même Salomon, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’eux.

S’il habille l’herbe qui est aujourd’hui dans un champ et demain sera jetée dans un four, Dieu ne vous habillera-t-il pas d’autant plus, gens qui ne croyez pas beaucoup ?

Ne vous inquiétez pas et ne dites pas : Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous habillés ?

Car toutes ces choses, les nations les recherchent; mais votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela.

Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous sera ajouté.

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain s’inquiétera de lui-même. A chaque jour suffit son malheur.

 

(Évangile d’après saint Matthieu 6, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s