Sonnet

Image

Afin de conseiller le monarque de France,
Je voulus de ce pas me rendre à son palais.
Je mis un beau costard, soignant mon apparence
Pour me faire embaucher comme énarque-valet.

Dans son bureau, je dis, le ton plein d’assurance
Qu’en suivant mes avis très bientôt il allait
Rendre au peuple richesse, emploi et espérance
Et passer sur la crise un grand coup de balai.

Je lui dis : « Grâce à moi, monsieur François Hollande,
Votre nom restera dans les livres d’histoire
Pour avoir eu du cran dans une époque noire. »

Il me dit : « Je m’en fous, du moment que je bande !
L’emploi est pour Gayet, grâce à Filippetti.
En attendant, j’ai faim, alors bon appétit ! »

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Poésie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s