Ce qu’on a vu de beau

Image

A maman

Ce qu’on a vu de beau rend joyeux pour toujours.
Son charme nous poursuit et ne devient jamais
Rien, vide, ni néant, mais fait pour nos amours
Un jardin ombragé au chaud soleil de mai,
Rempli de rêves doux, d’une heureuse santé,
Du souffle vivifiant du souvenir béni,
Où le printemps s’égaye, éclairant de clarté
La branche où le moineau a établi son nid.
Ce qu’on a vu de beau préserve du cercueil
Où les sombres pensées voudraient nous enfoncer
Et nous aide à franchir les mille et un écueils
Où notre pauvre vie pourrait se fracasser.
Ça nous lie à la terre, en dépit du chagrin,
D’un cordon odorant d’herbes, de fleurs, de fruits,
Et nous rend le désir d’atteindre le matin
Quand l’âme se morfond au plein cœur de la nuit.
Un vieil arbre, un reflet, le soleil, une fleur
Valent mille fois plus pour l’imagination
Que les doctes sermons des curés, des docteurs,
Leurs avertissements et leurs bénédictions.
Ce qu’on a vu de beau : un ruisseau, un genêt,
Et le vert où ils vivent et l’air frais du matin,
En forêt, la trouée que la rosée revêt,
Un trèfle, un myosotis, un œillet, le satin
Dont se chatoie le ciel ou s’éclaire une peau :
Voilà ce qui fait vivre et, malgré le remords,
Nous relie au bon Dieu. Ce qu’on a vu de beau
Aide les pauvres hommes à conjurer la mort.
C’est la source immortelle à quoi se recharger,
La fontaine sans fin à quoi se rafraîchir
Quand, comme des moutons perdus sans un berger,
L’on se sent l’âme lasse et tentée de partir.

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Poésie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ce qu’on a vu de beau

  1. Pharamond dit :

    Emouvante et fort belle transcription. Bravo ! sincèrement. Juste une remarque, si je puis me permettre : ne faudrait-il pas un « b » majuscule au Bon Dieu ?

  2. Merci Pharamond. Je suis passé de « joli » à « fort beau », j’ai donc eu raison de continuer mon travail °). En tout cas c’est grâce à vous.

    Pour « bon Dieu », j’ai vérifié, le TLF ortographie comme moi :
    http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?31;s=3810297465;r=2;nat=;sol=7;

  3. pharamond dit :

    Je suis flatté d’avoir été l’instigateur d’un tel ouvrage.

    Quant au bon Dieu, j’aurais dû vérifier avant de ramener ma science, comme on dit, surtout que les billets de mon blog sont truffés de fautes. Ceci étant dit, je ne sais pas pourquoi mais le « b » minuscule m’avait accroché l’œil à la lecture de votre texte.

  4. Avec « bon Dieu », on laisse à « bon » son simple statut d’adjectif. Le « bon Dieu » n’est pas un autre dieu que « Dieu », on souligne seulement une de ses qualités. En écrivant « Bon Dieu », on intègre « bon » au nom propre pour le distinguer du « Mauvais Dieu », qui en serait un autre, ou du « Beau Dieu » ou je ne sais quoi. Mais ça ferait verser dans le polythéisme, ce qui n’est pas recommandé pour un catholique romain…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s