Ma traduction de l’Évangile (2)

Image

En ces jours-là vint Jean l’Immergeur, qui prêchait dans le désert de la Judée et disait : Repentez-vous, car le Royaume des cieux est proche.

Car cet homme est celui dont le prophète Ésaïe disait : La voix de celui qui crie dans le désert : Préparez la route d’un Seigneur, rendez droits ses chemins !

Jean avait lui-même son vêtement en poils de chameau et une ceinture en peau autour de la taille; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

Alors Jérusalem sortit à sa rencontre, et toute la Judée et tout le pays autour du Jourdain.

Ils se faisaient immerger par lui dans le Jourdain en confessant leurs fautes.

Voyant que de nombreux pharisiens et sadducéens venaient à son immersion, il leur dit : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?

Faites donc un fruit digne de la repentance, et ne prétendez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père. Car je vous dis que Dieu, à partir de ces pierres-ci, peut faire naître des enfants à Abraham.

La cognée est elle-même déjà placée à la racine des arbres, car tout arbre qui ne fait pas de bon fruit sera abattu et jeté au feu.

Moi, je vous immerge dans de l’eau pour une repentance; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi : je ne suis pas suffisant pour soulever ses chaussures; lui, il vous immergera dans l’Esprit Saint.

Il a le van à la main et il purifiera son grain, amassera son blé dans la réserve et brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint pas.

Alors, de Galilée, Jésus vint au Jourdain à la rencontre de Jean, pour être immergé par lui.

Mais Jean l’empêcha en disant : C’est moi qui ai besoin d’être immergé par toi, et c’est toi qui viens à moi !

Jésus lui répondit : Laisse faire sur-le-champ, car il convient qu’ainsi nous accomplissions toute justice. Alors Jean le laissa faire.

Jésus fut immergé et sortit aussitôt de l’eau; et voici que les cieux s’ouvrirent pour lui, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir à lui.

Et voici qu’une voix venant des cieux dit : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, à qui je donne mon approbation.

 

(Évangile d’après saint Matthieu 3, traduction de Franck Ferdinand)

Publicités

A propos Franck Ferdinand

Poète franckferdinand@free.fr
Cet article, publié dans Religion, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s